La Forêt-Jardin - ses Principes agro-écologiques

 

La Forêt-jardin est un écosystème productif imitant la forêt et ses étages végétaux.

Tout est planté et organisé pour s'entraider naturellement et fonctionne :

  • sans produits chimiques (ni pesticides, ni insecticides, ni engrais...),
  • sans labour,
  • sans re-semage, (plantes vivaces/perpétuelles se ressemant elles-mêmes).
  • sans désherbage,
  • sans arrosage (eau de pluie stockée, gérée naturellement, par bassins de retenue d’eau si nécessaire)
  • avec peu d'entretien une fois à maturité.

La diversité végétale organisée est la base

de la productivité et de la résistance aux ravageurs et maladies.

La couverture végétale permanente du sol permet d’y conserver l’humidité, enrichit la fertilité,

évite désherbage, arrosage et labour.


Une fois conçue et plantée... le plus gros du travail est de récolter  :

Fruits, Noix, Baies, Légumes perpétuels/vivaces, Champignons, Plantes aromatiques et médicinales...



 

La Forêt-jardin comestible :

Campagnarde ou Urbaine, … pour petit ou grand espace…

pour tout climat ( Tempéré, Tropical ou Aride).

Produire avec la Nature, et avec moins d'efforts,

…. des produits sains, respectueux de la nature et de l’être humain.

Une technique abordable facilement par tous… particuliers ou professionnels.

                                                    

    Un exemple de Forêt-jardin professionnelle : 

 

Le Verger-épicerie de Stéfan Sobkowiak (Québec)

                        Sa video de présentation (10 mn) www.youtube.com/watch?v=zn6v5cLhRTw

 

                                             

 

 

La Forêt-jardin est une technique devenue l’un des joyaux de la Permaculture.

 

C'est un Ecosystème organisé autour de l’Arbre et de ses bienfaits.

L’arbre et ses bienfaits autour de lui :

  • Il va chercher et recycle les nutriments du sol
  • Il stocke l’eau dans le sol et la libère lentement
  • Il dépose au sol des matières organiques naturellement fertilisantes
  • Il protège le sol de l’érosion
  • Il minimise les effets des températures excessives
  • Il stocke du CO2 et produit de l’oxygène.
  • C’est un habitat pour plantes et animaux sauvages (toute la biodiversité)…         

 

 

Présentation video de La technique de la Foret-jardin:

     - Principes de création + modèles (7mn):

                                                                                vimeo.com/147935859

 

 

Les centres de formation pour apprendre la Forêt-jardin :

Pour apprendre à créer une Forêt-jardin,

il est indispensable de se former dans un centre de formation en permaculture.

Liens vers ces centres de formation, içi (en bas de page) :

www.jardin-elzeard.com/liens/

Mais voici déjà, çi-dessous, les grands principes de base de la Forêt-jardin.

 

 

Principes de La Forêt-jardin comestible

(appelée aussi Jardin-forêt, Forêt nourricière, Food-Forest, Forest-garden …).

 

C’est un Jardin nourricier multi-étagé, comme la forêt.

Il mélange sur le même espace des arbres fruitiers, des arbustes et des petites plantes, comestibles, localement adaptées, perpétuelles et/ou vivaces, et parfois sauvages.

                              

Il regroupe sans réelle transition nette, les végétaux des principaux étages de la Forêt ( 7 étages ) :

-      les arbres fruitiers, au dessus, à l'étage supérieur.

-      les arbustes, en dessous.

-      les arbrisseaux, à l'étage intermédiaire.

-      les plantes herbacées et légumes, au sol à l'étage inférieur.

-      Les plantes couvres-sols.

-      Les légumes racines et Les champignons.

-      Les grimpants et vignes.

                             

Au dessous du sol, comme sur le dessus, les plantes se complètent.

Leurs systèmes racinaires se développent chacun dans des zones et profondeurs différentes.

La grande majorité des plantes choisies pour une Forêt-jardin sont des plantes perpétuelles et vivaces.

Tout est optimisé.

Les plantes sont agencées selon leur principal facteur limitant, la lumière, qui est la 1ère nourriture des plantes (photosynthèse),

selon leur besoins, apports et caractéristiques en suivant des guildes (Listes de plantes que l'on peut associer).

Les bonnes associations de végétaux permettent de contenir maladies et ravageurs.

Elles renforcent les échanges entre les plantes.

Elles permettent de recréer l'habitat, d'héberger et d'équilibrer Proies & Prédateurs. 

L'écosystème recréé est d’autant plus stable, auto-fertile, productif et résistant aux maladies et ravageurs qu’il est rempli de biodiversité (végétale/animale…).

 Animaux et végétaux deviennent tous les auxiliaires de travail et de production.

 Il faut juste accepter de les laisser consommer une petite partie de la production en échange de leur " travail ".

 

Les guildes

Les guildes sont des groupes d’espèces qui s’entraident et inter-agissent.

Elles expliquent les rôles agronomiques des différents végétaux.

Une guilde est une liste de plantes différentes ayant des fonctions complémentaires et qui peuvent s'associer :

  • Fixateurs d’azote
  • Plantes reminéralisantes
  • Plantes attirant/repoussant les insectes
  • Plantes mellifères
  • Plantes aromatiques
  • Plantes couvre-sol

Une guilde correspond bien sûr à un milieu particulier (sol, climat).

Créer une forêt-jardin,

c’est d’abord et surtout un gros travail de conception, design et  mise en place :

                       

            -Le plus gros du travail se fait au début pour la conception :

                       - le choix des variétés qui répondent à nos besoins

                       - le mélange d’espèces qui se rendent mutuellement des services.

                       - la création / disposition/ construction du jardin

 

            -Ensuite, c’est surtout l’entretien léger des allées, des arbres, plantes, de la faune

              et de la flore naturelle et sauvage…

 

            -Et puis le travail de récolte.

 

 

MÉTHODOLOGIE DE CONCEPTION

        (source : F.Nathié, « Foretscomestibles.com » )

1.   Observations du terrain :

·     sol

·     climat (vent, soleil, T°,…)

·     eau, précipitation, courbes de niveaux et sens d’écoulement de l’eau,…

·     environnement (physique, humain…)

                      

2.   Réalisation d’un plan de base de l’existant, en y intégrant les secteurs (soleil, vent, circulation de l’air et de l’eau, type de sol, microclimat, etc.)

3.   Déterminer ses envies de fruits, de plantes, de fleurs, etc.

4.   Choisir ensuite :

·     les variétés qui répondent à nos besoins (saveur, taille du fruit, conservation, date de maturité, résistance aux maladies, etc.)

·     les portes-greffes les mieux adaptés pour les variétés choisies

·     les techniques qu’on utilisera pour la gestion du jardin-verger (semis, plantation, greffe sur scion ou greffe en couronne, taille de formation ou pas, taille fruitière ou pas)

5.   Puzzle (phase créative d’assemblage des plantes sur un plan : placement par rapport à leur caractéristiques, aux autres, leur besoin d'ensoleillement-course du soleil, ….)

                                                           

·     Suivre les guildes (listes d’espèces qui se rendent mutuellement des services (ex : pêcher et Liliacées au pied de l’arbre, l’ail apporte du souffre au pêcher qui lutte mieux contre la cloque), autre exemple:

                           

En choisissant, gérant bien variétés et paramètres, il sera aussi possible de mieux étaler les récoltes.

 

- l’association des bonnes plantes compagnes sur une même zone de proximité créée une synergie qui améliore grandement la pousse et la résistance aux maladies (donc pas d’engrais ni produits chimiques). En polyculture les « parasites » se neutralisent, car se retrouvant au milieu d’une chaine alimentaire, ils deviennent utiles et sont consommés par d’autres espèces de l’écosystème qui finit par s‘équilibrer. Les pertes sont toujours minimes et limitées.

 

Quelques Associations et interactions :

 

6. Etablissement d’un premier plan qui représente le jardin-verger à terme.

 

7. Puis établissement d’un second plan : transition entre l’existant et le jardin-verger à terme.   

 

- Après le design, viendra la construction/plantation.

                      

- Puis régulièrement la Récolte et l'entretien.              

 

 

Plusieurs Modèles possibles pour une Forêt-jardin :

 

Plusieurs modèles d’agencement sont possibles, définis par le 1er facteur limitant : la lumière.

Car chaque plante a des besoins particuliers en lumière pour effectuer ses cycles le mieux possible.

On peut agir sur ce facteur de 2 façons :

  • Choix de l'emplacement par rapport à la course du soleil et les plantes ombragères voisines: adapter au mieux la distance de plantation (estimer le  développement futur de l’arbre/arbuste/plante )
  • Modifier (le moins possible) par la taille/coupe des branches : pour modifier l'apport de lumière au étages inférieurs si besoin est.

 

la forme en C (piège à soleil ou croissant de lune):

La forme générale en C permet concentrer lumière et chaleur, de se protéger des variations trop extrèmes du climat local (vent, froid…) et de créer un micro-climat. (Permaculturedesign.fr et foretscomestibles.com ) :

 

            En climat tempéré, elle peut se transformer en véritable piège à soleil.

 

La forme en plein ( « Ned Tilev, Belpermaculture.com »)  :

 

La forme en Trous de serrure ( « ferme des Escuroux ») :

 

La forme en ilots :

 

La forme avec un jardin mandala ( « ferme des Escuroux ») :

 

La forme urbaine ( « villecomestible.org »)

 

La Forêt-jardin : des bénéfices pour la Nature, l'Homme, la Société

  • Production alimentaire saine, riche en nutriments et locale
  • stocke le C02 de l'atmosphère (en plantant des arbres),
  • restaure les paysages (ruraux, péri-urbain),
  • Abrite et préserve la biodiversité cultivée et sauvage (plantes, création d’abris pour faune et flore, ainsi parasites et prédateurs se neutralisent eux-mêmes),
  • aide alimentaire, financière et/ou création d'emploi ...

 

Robert Hart rêvait de « mini Forêts-jardins partout, dans des millions de jardins privés »...